Départ

Section qui regroupe les rps concernant le monde de Galernon.

En prison

Message par Loth » 16 Jan 2013, 21:40

Lorsque finalement ses geôliers la relâchèrent, Loth fut poussée à l'intérieur d'une sombre, petite et humide pièce. Elle entendit le cliquetis de la serrure, la porte se refermant sur elle. Dans celle-ci, il n'y avait qu'une minuscule fente, placée si haut que l'Elfe ne pouvait apercevoir que le plafond de l'extérieur.

-«Que se passe-t-il? seigneur Godrak? Laissez-moi sortir d'ici! Cette plaisanterie a assez duré!»

Mais Loth savait bien qu'il ne s'agissait pas d'une plaisanterie.

*Qu'est-ce qui a bien pu pousser le seigneur Godrak à agir de la sorte? Comment un Humain peut-il agir d'une manière aussi hostile envers un Elfe? En quoi ai-je bien pu le menacer?*

Telles étaient les questions que se posait Loth. Tout à la fois, elle arpentait l'horrible salle dans laquelle elle se retrouvait, contre son gré. Il n'y avait qu'une seule fenêtre, pratiquement à l'horizontal du sol, le plafond formant une sorte de voûte, rendant extrêmement difficile, voire impossible, toute tentative d'escalade. De plus, les parois des murs étaient visqueuses, ce qui empêchait littéralement toute fuite en hauteur. La pièce était circulaire, sans cavité ni saillie. Il n'y avait aucun objet dans cet endroit lugubre, aucune chaise, aucun lit d'aucune sorte. Le sol était glacial et par endroit, recouvert de mousse. Il semblait composé de dalles de tailles moyennes, semblables à celles des murs. Il ne restait plus qu'à examiner la porte.

Faite d'une seule pièce de métal, les charnières et la poignée se situaient à l'extérieur. La porte était concave, suivant la courbe de la pièce, et il n'y avait aucun rivet apparent. Loth se mit à cogner dessus pour tester sa résistance. Soudain, elle perçut un éclair flamboyant à travers la petite fenêtre et se sentit projetée de l'autre côté de la pièce. Elle percuta violemment le mur opposé et perdit connaissance.

Lorsqu'elle reprit conscience, Loth était étendue sur un grand lit à baldaquin richement décoré. De nombreuses chandelles éclairaient la chambre dont les murs lui faisaient penser à sa demeure en Ithil, Taras. Une grande table ouvragée était placée au centre de la pièce, directement sous une grande fenêtre en vitrail. Sur celle-ci se trouvaient de nombreux plats et quelques cruches.

Loth sentit alors son estomac se contracter. Lorsqu'elle essaya de se lever, sa tête se mit à tourner.

-«Ohé! Est-ce qu'il y a quelqu'un? Où suis-je?»

Mais encore une fois, les questions de l'Elfe restèrent sans réponse. Elle prit son courage et sa force à deux mains et se leva, péniblement, afin d'atteindre la table et ses victuailles.

*Comme cette nourriture sent bon! Des légumes de toutes sortes, du poulet, du poisson, un pain frais! Ô Aratar! Comme j'ai faim!*

Sans attendre plus longtemps, Loth s'attabla et dégusta les aliments qui se trouvaient devant elle. Les cruches contenaient différents liquides : hydromel, vin, eau, lait de chèvre et bien davantage. À mesure que la dame mangeait, ses forces la retrouvait, ainsi que la mémoire. Elle cessa aussitôt de manger et, pivotant sur sa chaise, elle se leva et se dirigea vers la porte. À peine avait-elle fait trois pas que le seigneur Godrak entrait, tout souriant.

-«Loth! Quelle bonne surprise de vous voir enfin réveillée! Vous m'avez fait tout une frayeur lorsque vous vous êtes évanouie.»

-«Dans le cachot? Quelle idée avez-vous eu de me faire emmener dans cette pièce, sans explication?»

-«Un cachot? Il n'a jamais été question d'un cachot! Nous nous sommes rencontrés dans un couloir du château et presque aussitôt vous avez perdu conscience!»

-«Quoi? Mais non! Je me rappelle ces créatures qui m'ont emmené de force vers une horrible pièce et puis... Et puis...»

-«Loth? Loth! Vous vous sentez bien?»

Aussitôt, le seigneur Godrak se dirigea vers la dame, qui semblait à nouveau s'évanouir. Il l'allongea sur son lit et sortit de la chambre.

Le cliquetis du verrou se fit à nouveau entendre, mais Loth était loin dans la brume. Elle avait été déposée sur un amas de feuilles, sur le sol du donjon.

-«Sorcier, ton nouveau sortilège semble fonctionner à merveille! L'Elfe ne représente plus de danger pour le moment, mais continue malgré tout tes incantations. Je ne veux pas avoir à revenir ici à la vitesse de l'éclair sous prétexte que l'Elfe risque de découvrir la supercherie!»

-«Mais grand seigneur, ce serait beaucoup plus facile pour moi de lui faire croire ce qu'elle voit si elle se trouvait bel et bien dans une chambre. Ce donjon me donne la chair de poule, de même que ces êtres encapuchonnés.»

Le sorcier n'eût pas le temps de rajouter quoi que ce soit. Un poing s'abattit sur sa mâchoire et un goût de sang l'obligea à cracher au sol.

-«Ne t'avise jamais de discuter mes ordres! L'Elfe restera ici, et toi de même. J'ai à faire avec des gens beaucoup plus importants que toi. Reste ici et, si elle se réveille, tu n'as qu'à te faire passer pour moi, un point c'est tout!»

Ainsi, le seigneur Godrak emprunta l'escalier pour remonter à la surface, bouillonnant de colère et réfléchissant à ce qui l'attendait quelques instants plus tard.
Esta Loth, Première Fleur de Galernon
Loth
 
Message(s) : 113
Inscription : 12 Déc 2012, 16:07
Localisation : St-François-Xavier-de-Brompton

Re: Départ

Message par Godrak » 26 Juin 2013, 21:00

Au delà des cachots, Godrak alla voir le gardien à l'entrée de la forteresse pour lui demander des informations.
L'encapuchonné annonça alors au seigneur Godrak que les Nains étaient passés à proximité et que certains d'entre eux semblaient rechercher quelque chose sur le sol.

Godrak, embêté, se dirigea vers le centre du royaume pour contacter le chef-bâtisseur au sujet d'un certain passage secret qui mènerait vers les cachots. Ce dernier lui répondit qu'ils avaient tous été ensevelis, sauf un, qui se trouvait en bordure de la rivière, puisqu'il était utilisé pour évacuer les excréments du royaume. L'homme ajouta qu'il n'y avait aucun danger d'infiltration par cette voie puisque la hauteur maximale du passage était de 10 pouces.
Alarmé, Godrak se dirigea vers les cachots pour avertir les gardiens de tendre l'oreille.

Au même moment, dans les cachots, Loth tendit l'oreille vers la petite fenêtre de la porte de sa chambre-cellule pour écouter attentivement la petite voix qui semblait lui être adressée.

-«Loth, c'est moi...»
Godrak
 
Message(s) : 5
Inscription : 29 Déc 2012, 12:32

Précédent

Retour vers Légendes de Galernon

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron